L'évolution de la villégiature

Découvrez ici le mode de vie particulier de la villégiature entre le 19e et le début du 20e siècle, avec cette interview de Cécile Devos, chercheur de l’Inventaire du patrimoine pour la Ville de Pau.

Regardez aussi cette vidéo en version espagnole

Interview de Cécile Devos, chercheur de l'Inventaire du patrimoine pour la ville de Pau :

"Cette villégiature est accueillie par de grands hôtels de voyageurs, qui vont être un petit peu éparpillés en centre-ville, construits sur des modèles d'abord luxueux. Ça va être le Grand Hôtel Gassion, Le Grand Hôtel tout court, l'Hôtel de France, qui sont construits vraiment dans la deuxième moitié du 19e siècle, pour accueillir de riches hivernants. La saison hivernale est celle qui est privilégiée parce que le climat est plutôt serein dans cette partie de l'année et de la France.

Nous avons des équipements de loisirs, que la mairie met en place justement pour attirer ces touristes : casino, kiosque à musique, théâtre, salle de concert, salle des fêtes, qui peuvent accueillir et proposer des loisirs adaptés à cette classe sociale. On propose aussi des lieux d'échange et de promenade. C'est important de se promener, d'être vu, à cette époque-là, quand on "vient en villégiature", puisque c'est l'expression consacrée.
Il y a aussi des pensions qui louent des appartements ou des propriétaires qui louent des petites villas qu'ils font construire vraiment pour de la location hivernale.
Les plus privilégiés d'entre eux, ou les  plus amoureux peut-être de la ville, vont faire construire leur propre villa sur leur terrain.
Il y a des villas qui s'implantent en centre-ville avec tous leurs attributs : une belle villa, un parc, un jardin, de manière peut-être plus réduite qu’en extérieur de ville.

Les villas qui vont s'implanter dans les faubourgs, à la périphérie, auront des domaines  beaucoup plus larges, des parcs beaucoup plus grands, des jardins plus travaillés, une vue, un paysage qui sera un petit peu différent et magnifié peut-être par l'appropriation du terrain, par le dessin d'un architecte ou le dessin d'un paysagiste.

Les villas sont accompagnées d'écuries qui permettent d'héberger à demeure les chevaux et tout le personnel qui s'occupe des chevaux, le palefrenier, pour faire des sorties, pour aller pratiquer la chasse au renard, pour sortir la voiture également, qui est un des attributs de richesse qu'on met en valeur par ses promenades. On sort la voiture hippomobile, on la fait tourner dans la ville et puis on revient la ranger dans le garage devant la villa."

 

Autres étapes de ce parcours
  • Cécile Devos devant la villa St Basil

    Découvrez ici le mode de vie particulier de la villégiature entre le 19e et le début du 20e siècle, avec cette interview…

  • immeuble Challes

    Cet immeuble Art Déco illustre bien les dernières constructions de villégiature réalisées à Pau, dans les années 1930. C…

  • Palais Beaumont

    Autre bâtiment emblématique de Pau, cet ancien Palais d’Hiver de 1898, avec ses campaniles, est aujourd’hui un palais…

Sur le même thème
Thématique
Habitat et fortification