La place Attane et les origines de Saint Yrieix

Cette séquence audio vous raconte les origines de la ville de Saint-Yrieix au milieu du 6ème siècle, lorsqu’Arédius, évangélisateur chrétien, fonde un monastère à cet emplacement précis, qui deviendra par la suite un chapitre de chanoines.

  • Image
    place attane
  • Image
    copie du chef reliquaire de Saint Yrieix
    Arédius ou Saint Yrieix représenté en abbé, Copie du chef reliquaire médiéval
  • Image
    copie du chef reliquaire de Saint Martin
    Saint Martin en évêque, copie du chef reliquaire médiéval volé à Soudeilles (original conservé au Louvre)
  • Image
    église Saint Martin de Tours
    Eglise Saint Martin de Tours
  • Image
    vue de la collégiale et de la tour du Plô
    La collégiale et la tour du Plô sur la Place Attane
  • Image
    vue aérienne de la place Attane
    Vue aérienne de la place Attane

Remontons aux origines de Saint Yrieix-la-perche. Au milieu du VIe siècle, le prêtre chrétien et haut dignitaire mérovingien Arédius, Yrieix en français, fonde un monastère sur les terres de la villa gallo-romaine de sa mère. Elle se situait probablement à l’endroit où vous vous trouvez, la Place Attane. Il y installe une communauté de bénédictins et y fait édifier une première église.

À sa mort en 591, le corps d’Arédius est probablement inhumé à l’emplacement de l’église actuelle. Dans son testament rédigé en 572, l’un des plus anciens documents médiévaux du Limousin, il place le monastère sous l’autorité de la Basilique de Tours, dont il admire le protecteur Saint-Martin.

En 1046, le monastère devient un chapitre royal de chanoines, toujours lié à Saint-Martin-de-Tours qui le soumet directement à Rome et non à l’évêché de Limoges. Durant les siècles suivants, le monastère est au centre d’un long conflit qui oppose les chanoines aux vicomtes de Limoges, dont le pouvoir est symbolisé par la tour du Plô.

Autres étapes de ce parcours
Sur le même thème
Thématique
Espace et vie publique